journaldelacomedie

Franck Thilliez se livre.

In Rendez vous litteraire on 17 avril 2010 at 8 h 06 min

Sans nul doute l’un des nouveaux Maîtres du polar Français, Franck Thilliez est l’auteur de 8 romans, tous plus palpitants les uns que les autres. Nommé au Prix SNCF du Polar Français en 2004 pour son roman « Train d’enfer pour ange rouge »,  Prix des lecteurs Quai du polar 2006 ainsi que Prix SNCF du polar français en 2007 pour l’incontournable « La Chambre des Morts », qui fut adapté au cinéma par Alfred Loten en 2007. Le Journal de la Comédie vous propose une rencontre avec cet auteur hors du commun qui a le don de l’écriture.

Franck Thilliez

Dites nous qui est Franck Thilliez?

J’ai, à la base, une formation d’ingénieur en informatique. J’ai travaillé dans des sociétés informatiques une petite dizaine d’années, et j’ai arrêté définitivement voilà 3 ans. J’habite dans le Pas-de-Calais, à proximité de Lens. Aujourd’hui, je vis de l’écriture, j’ai écrit sept romans, tous des thrillers, et le 8ieme roman devrait sortir en octobre 2010.

Qu’est ce qui vous a donné l’envie d’écrire?Quels sont vos influences?

J’ai commencé à écrire au début des années 2000, c’est donc assez récent. L’écriture est surtout venue à moi par un besoin de ressortir toutes ces images de films que j’avais accumulées depuis l’adolescence. Vers 27-28 ans, des scénarios ont commencés à se former dans ma tête, avec des personnages, une trame. Je me suis dit : « Tiens, cette histoire donnerait un film intéressant, un film qui, à moi, me plairait ! ». J’étais entré dans la vie professionnelle quelques années plus tôt, il était hors de question pour moi de tout plaquer pour faire un film, je n’y connaissais strictement rien ! Alors je me suis dit : « cette histoire, je vais l’écrire… » Je me suis mis face à mon clavier d’ordinateur, et c’était parti… Mes influences? Déjà tout jeune, j’étais très attiré par les histoires à énigmes (c’est ma partie scientifique qui pointait). Conan Doyle, papa de Sherlock Holmes, était un auteur avec qui je prenais beaucoup de plaisir. J’aimais aussi beaucoup Gaston Leroux, Maurice Leblanc, qui étaient des auteurs brillants de la même époque. Puis il y eu la période Stephen King, dans l’adolescence, qui reste pour moi le maître absolu. Il a le pouvoir de vous laisser des images très précises de ses romans vingt années plus tard. Plus récemment, je lis beaucoup les auteurs français, je pense que le monopole du roman policier/thriller n’est plus uniquement anglo-saxon. Sinon, côté américain justement, il y a Elroy, Lehane, Mo Hayder, Connely, qui restent des références.

Entre le sujet, la documentation, l’étude de celle ci, combien de temps se passe-t-il?Combien de temps dure la création d’un de vos livres, de l’idée de base à sa conception finale?

Il se passe environ une année complète. Tout d’abord, je recherche l’idée. Je dirais que c’est, pour moi, ce qu’il y a de plus difficile dans le roman. Je n’hésite pas à la chercher pendant deux ou trois mois, sans jamais prendre aucune note, juste une recherche cérébrale de la meilleure idée, qui permettra de bâtir un roman de 300 ou 400 pages. Quand je détiens cette idée, je me plonge dans la documentation liée à l’idée. Le fait de faire ces recherches me permet en même temps de commencer à créer mon histoire, à imaginer des chapitres. La trame se dessine lentement. Le travail de recherche est assez lourd et difficile. Il passe par la lecture d’ouvrages spécialisés ou le dialogue avec les personnes adéquates. Des policiers, des médecins, des physiciens… Car il n’est pas tout d’avoir la documentation, encore faut-il la comprendre… La plupart du temps, au bout de six mois, je me sens prêt à écrire et je me lance… Dès lors, les pages d’écriture journalière défilent sur mon ordinateur !

Par exemple, la taxidermie est omniprésente dans votre roman « La Chambre des morts». Faites-vous appel a des professionnels pour vous documenter ou est-ce une réelle passion chez vous?

Je suis avant tout un scientifique, j’ai passé mon adolescence et ma vie de jeune adulte dans les livres de mathématiques, de physique ou de sciences naturelles. La science est une branche qui me fascine,encore aujourd’hui. De ce fait, quand je songe à une histoire, j’essaie toujours de glisser dans la trame des éléments qui ont trait aux sciences ou à des arts particuliers. La biologie, la neurologie, la médecine, la psychiatrie. Aujourd’hui, la science fait partie intégrante de l’enquête criminelle, avec la police technique et scientifique. L’ADN, les fichiers informatiques de recherche, le matériel à la pointe… Tout cela est pour moi du pain béni! Je trouve intéressant d’enrichir le récit de tels éléments, car ils sont fascinants et ne rendent la lecture que plus agréable et instructive.

Un de vos livres a était adapté en 2007 par Alfred LOT sur grand écran « la Chambre des morts » , avec notamment Gilles Lellouche, MELANIE LAURENT. Est ce un accomplissement personnel de voir un de ses livres portés sur grand écran? (A noter que vous faites une apparition)

Ce fut une expérience extraordinaire. Moi qui écrit mes histoires à partir d’images, de références cinématographiques, cela m’a fait bizarre de voir ma propre histoire en images, en sons, avec de la musique. Grâce à ce film, j’ai découvert mon roman sous un autre jour. J’en ai profité chaque jour, du tournage à la sortie en salle. Des moments inoubliables. Avec Alfred Lot, nous sommes restés amis, et nous nous échangeons des idées, de temps en temps. Qui sait, un jour, peut-être existera-t-il une collaboration commune ? En tous cas, je puis aujourd’hui affirmer que ce film nous a apporté beaucoup, à tous deux (le réalisateur et moi-même).

Savez-vous de quoi va parler votre prochain roman? Retrouverons nous le commissaire Sharko, ou le lieutenant Henebelle? Comptez vous par la suite faire aller et venir vos héros d’un roman a l’autre?

Mon prochain roman sera une véritable intrigue policière, avec une grosse et mystérieuse enquête. Pour la première fois, il va réunir mes deux héros fétiches, et ceux aussi préférés des lecteurs : Franck Sharko, héros de « Train d’enfer pour ange rouge » et « Deuils de miel », ainsi que Lucie Henebelle, héroïne de « La chambre des morts » et « la mémoire fantôme ». Ca a été vraiment intéressant de réunir ces deux personnages dans un même livre, de confronter leurs caractères, leur manière de vivre. Ils sont très différents mais en même temps, ils ont la même approche du métier de flic, qu’ils abordent par sa face la plus sombre. Ce qui est aussi palpitant, c’est que ces personnages vieillissent au même rythme que nous, vivent en dehors des livres. J’avais « abandonné » Sharko en 2006, il revient en 2010… Entre deux, il a pris de l’âge et évolué. Il n’est pas immortel !

Votre actualité pour les prochains mois?

Donc, le roman avec Lucie Henebelle et Franck Sharko, à sortir probablement en octobre, que je peaufine. Je suis aussi sur quelques projets télé, pour France 2, mais je ne peux pas encore trop en parler pour le moment. Bref, pas mal de travail…

Toute l’équipe du Journal de la Comédie  remercie chaleureusement  Franck Thilliez de nous avoir procuré la joie et l’honneur de l’avoir interviewé .

Pour retrouver toute son actualité rendez-vous sur son site web.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :